« Algorithme mon amour … »

La bombe atomique d’Hiroshima a marqué un tournant dans le XXème siècle, qu’Alain Resnais a élégamment mis en scène dans son film « Hiroshima mon amour… »
Et depuis chacun sait que les dangers du nucléaire sont une épée de Damoclès permanente sur l’avenir de l’humanité.

La fascination actuelle pour le numérique  risque de nous cacher les dangers pour l’avenir de l’humanité que ces technologies recèlent. La bombe numérique n’a pas explosé, mais les dégâts humains sont déjà là. Et l’asservissement se fait de manière subtile et indolore…

La lecture de ces deux livres est essentielle.
Je les conseille absolument, car seule la compréhension des enjeux par les citoyens permettra (peut-être) d’arrêter cette nouvelle machine à broyer l’homme.

51c5RM2dXxLLa nouvelle servitude volontaire

Philippe Vion-Dury

Avec comme crédo la volonté de changer le monde, c’est au coeur de la Silicon Valley que se façonne la société numérique. Portées par une spectaculaire réussite économique, les entreprises de haute technologie veulent dessiner un monde meilleur en prenant en main la majorité des aspects de notre quotidien, en généralisant la prédiction algorithmique. L’homme devient intégralement transparent, immatériel. La liberté de choisir, la créativité et l’émancipation sont désormais remplacées par l’anticipation, la prédiction et la régulation. C’est bien plus qu’une révolution numérique ; c’est un véritable projet politique qui est à l’oeuvre. Avec rigueur et précision, Philippe Vion-Dury révèle que les technologies sont porteuses d’une idéologie et d’un projet de civilisation. Il démontre que les modèles prédictifs, les algorithmes et les objets connectés instaurent une société du contrôle dans laquelle l’individu, comme le collectif, abandonne la maîtrise de son destin. Il explique comment la peur de se confronter à la solitude, à l’altérité et à l’échec nous conduit à une nouvelle servitude volontaire.
255 pages – 20 euros
Editeur : FYP EDITIONS (octobre 2016)

 

51fPc0alIbLLa vie algorithmique
critique de la raison numérique
Eric Sadin

Le mouvement de numérisation à l’oeuvre depuis une trentaine d’années gagne aujourd’hui des pans de plus en plus étendus de la réalité via l’extension des capteurs et des objets connectés. Dorénavant, les flux de data témoignent de la quasi-intégralité des phénomènes, s’érigeant comme l’instance primordiale de l’intelligibilité du réel. Une connaissance sans cesse approfondie s’instaure, orientant en retour les décisions individuelles et collectives au prisme d algorithmes visant les plus hautes optimisation, fluidification et sécurisation des existences et des sociétés. Les technologies informationnelles imposent un mode de rationalité fondé sur la définition chiffrée de toute situation et sur une maîtrise indéfiniment accrue du cours des choses. Une raison numérique établie sur l’appréhension et l’évaluation en temps réel des faits ordonne désormais les pratiques du commerce, de l’enseignement, de la médecine, les rapports aux autres, à soi-même, à la ville, à l’habitat…
Ce livre examine, en s’appuyant sur une foultitude d’exemples, la quantification et la marchandisation intégrales de la vie qui s’instituent, soutenues par l’industrie du traitement des données, aujourd’hui dotée d’un pouvoir qui perturbe nombre d’acquis démocratiques fondamentaux.
Avec une rare lucidité et une écriture d’une précision clinique, Éric Sadin dévoile les impensés, analyse les processus en cours, dresse une cartographie détaillée des forces à l’ oeuvre… Observations et réflexions qui dessinent une nouvelle condition humaine, et en appellent à la politisation des enjeux induits par la puissance toujours plus totalisante détenue par les systèmes computationnels. 
278 pages – 17 euros
Editeur : L’ECHAPPEE (2015)

Publicités

L’emprise numérique

1er avril 2013
9782915830675

Parler sur un blog d’un livre passionnant qui nous met en garde contre la colonisation de nos esprits engendrée par  internet et les nouvelles technologies est certes un peu (beaucoup?) ironique…

Et comme il s’agit d’un vrai livre en papier, publié par une maison d’édition indépendante et autogérée, le conseil est d’abord : achetez le (de préférence chez votre libraire indépendant de quartier, sur notre site de vente en ligne ou le site d’une librairie indépendante ou militante si vous n’avez plus de libraire près de chez vous , mais surtout pas sur Amazon! Quant à le télécharger en e-book sur vore e-reader, il n’y a pas de risque, ce livre ne sera jamais une chimère numérique!), lisez le, partagez le !!

Car si la dénonciation d’Amazon, de Google, de Apple et des autres maitres de la numérisation de nos vies par des multinationales cherchant le profit dans la manipulation des esprits et l’injonction technologique est une part importante et très convaincante de ce livre,  son ambition est plus large encore, et ce sera l’occasion partout en France de débats utiles et formidable dans des librairies associatives, des associations et chez les militants d’un autre monde.

Ne ne devons pas nous croiser les bras, dénoncer tout en étant trop souvent complices ou passifs.
Le pire est en train d’arriver.

L’invention de l’imprimerie, les philosophes des Lumières (en Europe), l’école laïque pour tous, les progrès de l’alphabétisation dans le monde ont créé les conditions de la libération des humains, des révolutions, des décolonisations (et des guerres aussi), et tout ces développements de la conscience humaine sont mis en cause en quelques décennies par l’accaparation de technologies numériques en vue de l’aliénation, de la domination, du contrôle social et du profit.

Et peu résistent : Cedric Biagini dans son livre montre de manière claire et effrayante comment la technoscience et les multinationales du numérique utilisent les victimes de leur emprise comme les meilleurs propagateurs et défenseurs de leur entreprise.

La librairie organisera bientôt une soirée débat sur ce sujet, petite pierre apportée une résistance qui s’organise.

L’emprise numérique. Comment internet et internet ont colonisé nos vies
Auteur : Cedric Biagini
Editions l’échappée

http://www.landemain.com/internetettehnol/page1.html