entre deux eaux…

02

Voici quelques nouvelles de première main de la Librairie L’An Demain.
Oui, comme annoncé dans notre précédente lettre, la librairie va probablement fermer … sauf si un repreneur poursuit l’aventure.
Cependant, pour sortir de l’entre deux eaux, il me faut mettre en vente le local de la librairie et, si l’acheteur éventuel l’utilise à un autre usage, ce sera la fin complète de l’aventure…
D’ici là, il faut continuer le « business as usual » (enfin presque !) ne serait ce que pour payer les charges, essayer de terminer à flot et tenter de gagner de quoi vivre entre temps…
Entre deux eaux nous flottons, et c’est une situation guère enthousiasmante.
Quand le temps sera venu, je vous promets un bilan complet de l’histoire des cinq années de l’AN DEMAIN qui m’a beaucoup apporté …

En attendant voici l’actualité de la librairie puisque, même entre deux eaux, le chemin continue !
Martin Guillemot

 

journee-mondiale-terre

 

Dimanche 22 avril
de 10h à 17h
la librairie sera au Jardin Saint Paul
à NARBONNE

Nous y présenterons des livres sur le dérèglement climatique, sujet phare de cette Journée Mondiale de la Terre de Narbonne.

Nous animerons également un débat sur le sujet…

 

 

 

 

La rubrique « Petites annonces »

vitrine01

 

à vendre
Librairie spécialisée
« environnement et patrimoine »

Située en plein centre historique de Narbonne, en zone piétonne

Narbonne, au coeur de Parc naturel régional de la Narbonnaise, est une ville historique classée Ville d’Arts et d’Histoire, en croissance démographique, jouissant d’une forte fréquentation touristique.

Une des très rares librairies françaises spécialisées dans l’environnement.

Prix comprenant le local commercial, le fonds et le stock.
Fort potentiel de développement.

Local de 35m2, plus cave très saine 35m2
Coin cuisine-WC équipé eau chaude
Volet métallique electrique. Clim réversible.

Cédé pour cause de santé et de reconversion professionnelle.

Prix (Local + fond + stock) : 90000 euros

Publicités

Discovering Narbonne est paru !

La version anglaise de notre guide de Narbonne : Discovering Narbonne, A walk through the town in twelve stages est disponible à partir du 10 avril en librairie.

La traduction est l’oeuvre de deux amoureux de Narbonne, Marguerite Paffard et Claude Bernaus, qui ont su en faire un texte en langue anglaise qui parlera au coeur des nombreux visiteurs anglophones de Narbonne, et sera accessible et  utile aux visiteurs de toutes nationalités. Merci à eux.

La version anglaise de ce guide répond à un besoin évident, car il existe très peu d’ouvrages en langue étrangère sur l’histoire et le patrimoine de Narbonne.
Une version en espagnol est envisagée pour l’an prochain… peut être…

decouvrir_narbonne_english-cover

Presentation :
The discovery of a town steeped in history is always an emotional journey and is best
undertaken following a guided path which helps us interpret the signs of the past. Over the centuries Narbonne developed, sometimes being rebuilt on the same foundations
within the constraints of its walls and at times from its own ruins. All is present but much is hidden from view. The raison d’être of this book is to guide the visitor on an exploration of the town.
Twelve Stages in space : this guide invites you to discover the town by providing a walking itinerary which can be completed in a few hours or dipped into at leisure.
Twelve stages in time : each stop is illustrated by a simple description of the elements and events which have forged the history of the sites visited.  Few people are left indifferent to the story of Narbonne. If you do not yet know the town and its history you will not be disappointed; the discovery is a beautiful adventure.
Martin Guillemot

Titre : Discovering Narbonne, A walk through the town in twelve stages
Auteur : Martin Guillemot
Traduction : Marguerite Paffard et Claude Bernaus
32 pages
21 cm  x 29,7 cm
ISBN : 979-10-92610-30-7
Prix : 9,90 euros
Éditions L’An Demain

Le livre peut être commandé sur le site de la Librairie l’An Demain  ici 
(frais de port par lettre verte : 3 euros)

 

decouvrir_narbonne_english-4-5

decouvrir_narbonne_english-6-7

Meilleurs voeux pour 2018…

carte_taiwan

Cette nouvelle année commence pour la librairie L’An Demain par … un mois de fermeture !!!
Quittant Narbonne pour la première fois en 5 ans, nous allons entreprendre un grand voyage et passer un mois à Taiwan.
Notre fille y vit, y étudie, y travaille depuis deux ans et c’est avec bonheur que nous allons partager ce temps avec elle et son compagnon.
La librairie sera donc fermée à partir de vendredi 12 janvier jusqu’au mardi 19 février.

clap3Mais cette nouvelle année apporte aussi beaucoup d’incertitudes pour l’avenir de la Librairie L’AN DEMAIN.
Depuis 5 ans, nous faisons le pari qu’il existe dans notre région une place pour une librairie spécialisée dans les domaines de l’écologie et du patrimoine.
Et depuis 5 ans, par un travail incessant de recherche et de communication, nous avons réussi à créer à la fois un stock pertinent et reconnu, et une clientèle, un cercle d’amis fidèle, en lent développement.

Mais la triple aggravation de la crise économique, de la désertification commerciale du centre ville et de la baisse de la vente des livres nous a frappé de plein fouet en 2017.

Notre librairie est dans une impasse car la diversification dans l’édition a certes apporté un plus économique, mais insufffisant pour en assurer l’équilibre.

La Librairie ré-ouvrira donc le 19 février 2018, mais il est très probable qu’elle doive fermer définitivement avant la fin de l’année 2018, pour nous emmener vers d’autres horizons et d’autres projets.
Le local et le fonds de commerce sont déjà en vente, et si vous connaissez un continuateur éventuel, ou simplement quelqu’un intéressé par l’achat du local, n’hésitez pas à en parler : même au bout du monde, je répondrai à tous les mails et à toutes les demandes d’information.

Mes vœux pour 2018 sont ainsi très particuliers, mais sincères : que l’année vous apporte de belles choses, et entretienne en vous les espoirs d’un monde meilleur…

à bientôt…

Martin Guillemot

Deux livres…

Tant de livres passionnants, récents ou parfois plus anciens, rejoignent les étagères de la librairie, que parfois on est pris de vertige :
« tant d’intelligence pour si peu de lecteurs! »
Alors parfois j’en choisis un ou deux pour prendre la lumière du blog et de Facebook, car ceux qui prennent la lumière des illuminations de noël dans la vitrine n’attirent  guère les yeux de passants tout attirés par les mirages colorés déployés par la publicité et les illusions des centres commerciaux…

Un petit zoom sur les microbes pour commencer : le livre « Jamais seul » de Marc-André Selosse paru chez Actes Sud est sous titré « ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations »…
350 pages à la mise en page dense et au contenu plus dense encore : un concentré d’érudition, des découvertes formidables pour ceux qui connaissent un peu la biologie, et un émerveillement total pour ceux qui l’ont oubliée….

Présentation de l’éditeur: 
Au fil d’un récit foisonnant d’exemples et plein d’esprit, Marc-André Selosse nous conte une véritable révolution scientifique. Les microbes jouent un rôle en tout point essentiel : tous les organismes vivants, végétaux ou animaux, dépendent intimement de microbes qui contribuent à leur nutrition, leur développement, leur immunité ou même leur comportement. Toujours pris dans un réseau d’interactions microbiennes, ces organismes ne sont donc… jamais seuls. Détaillant d’abord de nombreuses symbioses qui associent microbes et plantes, Marc-André Selosse explore les propriétés nouvelles qui en émergent et modifient le fonctionnement de chaque partenaire. Il décrypte ensuite les extraordinaires adaptations symbiotiques des animaux, qu’ils soient terrestres ou sous-marins. Il décrit nos propres compagnons microbiens, le microbiote humain, et leurs contributions, omniprésentes et parfois inattendues. Enfin, il démontre le rôle des symbioses microbiennes au niveau des écosystèmes, de l’évolution de la vie, du climat, et des pratiques culturelles et alimentaires qui ont forgé les civilisations. Destiné à tous les publics, cet ouvrage constitue une mine d’informations pour les naturalistes, les enseignants, les médecins et pharmaciens, les agriculteurs, les amis des animaux et, plus généralement, tous les curieux du vivant. A l’issue de ce périple dans le monde microbien, le lecteur, émerveillé, ne pourra plus porter le même regard sur notre monde.

Jamais seul  de Marc-André Pelosse, éditions Actes Sud , 350 pages,  24,50 euros

 

Avec « La société autophage, capitalisme, démesure et autodestruction »,  publié aux éditions La Découverte, Anselm Jappe plonge lui dans les pensées et pulsions des humains.
Il y trouve l’annonce d’une mutation anthropologique conduisant a une destruction de nos sociétés, dont la compréhension est pour lui absolument indispensable pour espérer retrouver les chemins l’émancipation sociale.
Un livre savant et passionnant, un livre nécessaire…

Présentation de l’éditeur :
Dans La Société autophage, Anselm Jappe s’intéresse au sujet narcissique-fétichiste, qu’il identifie comme la subjectivité propre au capitalisme de crise. La  » critique de la valeur  » élargit ici son discours à la sphère des structures psychiques, à la recherche du sujet même de la fétichisation de la marchandise. Ce livre s’adresse à tous ceux qui se préoccupent de la  » pulsion de mort  » de la société actuelle et qui pensent qu’elle est le résultat d’une véritable crise de civilisation.
Le mythe grec d’Érysichthon nous parle d’un roi qui s’autodévora parce que rien ne pouvait assouvir sa faim – punition divine pour un outrage fait à la nature. Cette anticipation d’une société vouée à une dynamique autodestructrice constitue le point de départ de La Société autophage. Anselm Jappe y poursuit l’enquête commencée dans ses livres précédents, où il montrait – en relisant les théories de Karl Marx au prisme de la  » critique de la valeur  » – que la société moderne est entièrement fondée sur le travail abstrait et l’argent, la marchandise et la valeur.
Mais comment les individus vivent-ils la société marchande ? Quel type de subjectivité le capitalisme produit-il ? Pour le comprendre, il faut rouvrir le dialogue avec la tradition psychanalytique, de Freud à Erich Fromm ou Christopher Lasch. Et renoncer à l’idée, forgée par la Raison moderne, que le  » sujet  » est un individu libre et autonome. En réalité, ce dernier est le fruit de l’intériorisation des contraintes créées par le capitalisme, et aujourd’hui le réceptacle d’une combinaison létale entre narcissisme et fétichisme de la marchandise.
Le sujet fétichiste-narcissique ne tolère plus aucune frustration et conçoit le monde comme un moyen sans fin voué à l’illimitation et la démesure. Cette perte de sens et cette négation des limites débouchent sur ce qu’Anselm Jappe appelle la  » pulsion de mort du capitalisme  » : un déchaînement de violences extrêmes, de tueries de masse et de meurtres  » gratuits  » qui précipite le monde des hommes vers sa chute.
Dans ce contexte, les tenants de l’émancipation sociale doivent urgemment dépasser la simple indignation contre les tares du présent – qui est souvent le masque d’une nostalgie pour des stades antérieurs du capitalisme – et prendre acte d’une véritable  » mutation anthropologique  » ayant tous les atours d’une dynamique régressive.

« La société autophage, capitalisme, démesure et autodestruction » de Anselm Jappe aux éditions La découverte, 250 pages, 22 euros

Fête de l’arbre à Lagrasse, le dimanche 3 décembre

2017-12-03-Fete-Arbre-Lagrasse-2

La deuxième édition de la Fete de l’Arbre de Lagrasse, c’est le dimanche 3 décembre et la librairie L’AN DEMAIN sera présente avec de très nombreux livres sur l’arbre, le verger, l’agroforesterie etc…
Retenez la date !

Pour cette 2ème Edition, Nature & Progrès Aude et Arbres et Paysage Aude s’associent pour proposer une journée mêlant conférences, Marché Paysan, Animation festives, balades découverte…
Sans oublier -bien sûr- la présence de nombreux pépiniéristes et horticulteurs, qui seront ravis de partager avec vous leur connaissances et leur passion !!!

Le programme complet est ici :  prog_Fête de l’Arbre_2017

Dire non ne suffit plus….

Dire non ne suffit plus !

Le nouveau livre de Naomi Klein vient de paraitre en français aux éditions Actes Sud
(224 pages, 21,80 euros)
Important, comme d’habitude…

Le site Bastamag publie une interview de Naomi Klein à lire  ici 
En voici le début

 

Pour la journaliste canadienne Naomi Klein, l’élection de Donald Trump n’est pas un accident de l’histoire. Dans son nouveau livre, Dire non ne suffit plus (Actes Sud), elle analyse les processus délétères qui ont abouti à l’élection d’un homme dont la vision du monde est fondée sur la domination et l’impunité. « Le risque serait de considérer qu’il suffit de se débarrasser de ce monstre pour que tout s’arrange » alerte t-elle, dans un contexte où la montée des politiques autoritaires et xénophobes est un phénomène mondial. Comment agir pour sortir des crises multiples qui nous assaillent ? Entretien.

Basta ! : En quoi les politiques de Donald Trump sont-elles à la fois nouvelles et la poursuite des pires tendances de ces dernières décennies ?

Naomi Klein : Il est dangereux d’analyser l’élection de Trump comme une rupture. Trump est bien une nouvelle sorte de politicien : il est la fusion de l’homme et de la grande entreprise. Il a besoin d’apposer sa marque dans tous les espaces disponibles et a réussi à faire de son nom le symbole de la réussite matérielle, le héros par excellence de la success story capitaliste. Mais au final, Trump est entièrement le produit de la culture nord-américaine, l’étape ultime d’un processus engagé depuis longtemps. Aussi excessif soit-il, il est moins une aberration qu’une conséquence logique, la créature d’un système de pensée puissant qui se sert de la race pour mettre en œuvre des politiques économiques impitoyables…..

Dimanche 5 novembre à Salses : présentation-dédicace du livre « Le château fantôme »

Dimanche 5 novembre,  
je serai à la Forteresse de Salses à partir de 14h pour une présentation de l’ouvrage (à 14h30) et un après midi de dédicace du livre publié par les  éditions L’An Demain « Le Château Fantôme »
Profitez du premier dimanche du mois gratuit pour visiter ou re-visiter la forteresse de Salses !

Couverture_web

Quatrième de couverture
Comment une forteresse d’intérêt stratégique pour le royaume de France, siège de nombreuses batailles, a disparu si vite des mémoires, et même de l’histoire de France ?
Pourquoi le site lui même a été délaissé depuis plus de trois siècles ?

Tour à tour récit historique de la grande et des petites histoires, traité sur l’art de la guerre et l’architecture militaire, émouvante restitution des vies des bâtisseurs, défenseurs et démolisseurs du château de Leucate, guide touristique précis et rigoureux, ce livre offre au visiteur les clés d’une visite étonnante et envoûtante du passé de la presqu’ile de Leucate.

Claude GUILLEMOT n’était ni historien ni simple touriste. Il a découvert le site du château de Leucate avec des yeux d’enfants et l’expérience de toute une vie d’artiste cinéaste.
Il nous a quittés en Janvier 2014 à l’age de 79 ans, quelques jours après avoir fini les dernières corrections de ce livre, qui restitue son existence au château de Leucate et souhaite en raconter l’histoire au plus grand nombre.

 

Le programme complet :

Pour célébrer les premiers dimanche gratuits de chaque mois (de nov. à mars), la forteresse de Salses vous invite à un dimanche littéraire

LE CHATEAU FANTOME DE LEUCATE
Comment la forteresse de Leucate, une des places militaires stratégiques du royaume de France, ennemi juré de la forteresse de Salses, a disparu si vite des mémoires, et même de l’histoire de France ?  par Claude Guillemot
Présentation du livre « le château fantôme de Leucate » par Martin Guillemot, fils de l’auteur.  A 14h30, durée : 45’.  Dédicace sur place à partir de 14h.

LITTORAL DE PORTBOU A PORT LA NOUVELLE
Le dessinateur fait revivre les patrimoines monumentaux, industriels et paysagers du littoral de Portbou à Port la Nouvelle. La forteresse comme on ne l’a jamais vu.
par Thierry Delory
Atelier dessin avec Thierry Delory à 15h, durée : 1h30. Dédicace sur place à partir de 14h
Atelier sur réservation : 04 68 38 46 50 ou forteresse.salses@monuments-nationaux.fr. 

FITOU ET SALSES
Deux villages, deux départements et pourtant quelques points communs : la frontière, la forteresse, les romains, le mouton et la vigne. Une description inédite de la bataille de 1639 à la forteresse de Salses pendant la guerre de trente ans.
par Monsieur et Madame de Rocca

Ouverture du monument : de 10h à 12h45 et de de 14h à 17h15
Visites guidées  Entrée libre et gratuite

Samedi 7 octobre à 17h30 Conférence-débat de Jean RIVIERE

apres-40-annees-d-experimentation-et-aussi-de-remise-en_420606_657x479p

Samedi 7 octobre à 17h30
Conférence-débat de Jean RIVIERE
sur le Jardin Naturel
à la librairie L’AN DEMAIN
4 rue Cabirol 11100 NARBONNE

Jean Rivière est un jardinier depuis 40 ans, qui s’est chargé de la belle mission de nous ramener à l’évidence et la simplicité dans un jardin qui n’a finalement besoin de presque rien pour offrir abondance de récoltes.
Il s’agit de jardiner, conscients que notre interaction d’amateurs crée la plupart du temps des déséquilibres ou des disharmonies qui engendrent alors des invasions de nuisibles ou de maladies ou autres problèmes de carence

 

Gilles Clément  « Toujours la vie invente »
éditions Locus Solus  20 euros

Gilles_clement

Depuis trente ans, Gilles Clément a largement remis en cause notre relation de domination face à la nature, prônant la coopération et l’observation, conduisant le jardinier à « observer plus et jardiner moins » pour garantir la sauvegarde de notre planète. Toujours la vie invente est un livre qui nous introduit au coeur de sa pensée visionnaire, fondée sur une écologie humaniste et déclinée autour des concepts : Jardin Planétaire, Jardin en Mouvement et Tiers-Paysage. Ouvrage très pédagogique et graphique, conçu en chapitres courts et très illustrés, à la fois de dessins, de plans paysagers, de détails et de photos de plantes, arbres et jardins. Le paysagiste nous fait ainsi partager la singularité de son métier qui doit prendre en compte la transformation de l’espace dans la durée, sous l’action du vivant, lequel agit en toute liberté et en toute inventivité, d’où le titre du livre… Ses réalisations et ses voyages sont présentés, retraçant le parcours d’un créateur hors norme, et livrant le portrait d’un jardinier artiste du vivant.

Le vélo pour changer le monde ?

Le vélo peut-il changer nos sociétés ?
Prenons l’occasion de la sortie de deux livres importants pour reposer la question.

51oCod7t9NL

51PTn+SLF2L

« Le pouvoir de la pédale » de Olivier Razemon qui vient de paraitre en édition de poche (éditions de l’échiquier) à 7,50 euros est sous-titré « comment le vélo transforme nos sociétés cabossées »

Le livre « Bike Nation » de Peter Walker, paru il y a quelques mois au Royaume Uni, est sous titré « How Cycling Can Save The World »  (comment le vélo peut sauver le monde).

Et ce n’est pas par hasard que les auteurs de ces livres sont des journalistes travaillant à Paris et Londres pour les « quotidiens de référence » : Le Monde pour Olivier Razemon, « The Guardian » pour Peter Walker.
Il sont tous deux rédacteurs de blog très suivis:
The guardian Bike Blog 
L’interconnexion n’est plus assurée

Leur métier et leur pratique quotidienne du vélo dans une grande ville leur a permis de synthétiser des éléments connus mais disséminés et les a conduit à une conclusion évidente : le vélo est l’avenir des transports, mais aussi la clé pour refaire nos villes et le monde (et bien plus, vous en lirez de belles démonstrations)
Leur curiosité et leur métier les a incités à tenter dans un livre « grand public » de convaincre et éduquer largement. Tous deux ont la volonté de s’adresser au plus grand nombre et utilisent donc les méthodes et les moyens du journalisme d’investigation, le style simple du quotidien, l’humour, l’émotion, l’appel à la propre expérience du lecteur…
Tous deux espèrent, par leurs écrits, aider à « changer la vie »…

Ce sont deux livres de lecture facile  (enfin pour le cas du livre de Peter Walker, il faut être anglophone car il n’est pas -ou pas encore- traduit en français!!!), des livres qu’on a envie de partager, des livres qui redonnent confiance dans l’avenir….

Voilà donc le rôle nous est imparti, simples cyclistes du quotidien et militants d’un monde plus doux : achetons ces livres, offrons les, commentons les sur nos blogs et nos pages Facebook….
Et merci à Peter Walker et Olivier Razemon de les avoir écrits….

 

retour_bicyclette

 

Je dois rendre hommage aussi à Frédéric Héran et son livre « Le retour de la Bicyclette » paru aux éditions La Découverte. Ce livre d’un chercheur est lumineux et passionnant.
C’est la « bible » indispensable à toute personne intéressée par la question des transports dans nos sociétés.

J’en ai déjà longuement parlé sur ce blog , et vendu un grand nombre à la librairie : mais si vous ne l’avez pas encore lu, vous savez ce qui vous reste à faire !!!!

 

« Algorithme mon amour … »

La bombe atomique d’Hiroshima a marqué un tournant dans le XXème siècle, qu’Alain Resnais a élégamment mis en scène dans son film « Hiroshima mon amour… »
Et depuis chacun sait que les dangers du nucléaire sont une épée de Damoclès permanente sur l’avenir de l’humanité.

La fascination actuelle pour le numérique  risque de nous cacher les dangers pour l’avenir de l’humanité que ces technologies recèlent. La bombe numérique n’a pas explosé, mais les dégâts humains sont déjà là. Et l’asservissement se fait de manière subtile et indolore…

La lecture de ces deux livres est essentielle.
Je les conseille absolument, car seule la compréhension des enjeux par les citoyens permettra (peut-être) d’arrêter cette nouvelle machine à broyer l’homme.

51c5RM2dXxLLa nouvelle servitude volontaire

Philippe Vion-Dury

Avec comme crédo la volonté de changer le monde, c’est au coeur de la Silicon Valley que se façonne la société numérique. Portées par une spectaculaire réussite économique, les entreprises de haute technologie veulent dessiner un monde meilleur en prenant en main la majorité des aspects de notre quotidien, en généralisant la prédiction algorithmique. L’homme devient intégralement transparent, immatériel. La liberté de choisir, la créativité et l’émancipation sont désormais remplacées par l’anticipation, la prédiction et la régulation. C’est bien plus qu’une révolution numérique ; c’est un véritable projet politique qui est à l’oeuvre. Avec rigueur et précision, Philippe Vion-Dury révèle que les technologies sont porteuses d’une idéologie et d’un projet de civilisation. Il démontre que les modèles prédictifs, les algorithmes et les objets connectés instaurent une société du contrôle dans laquelle l’individu, comme le collectif, abandonne la maîtrise de son destin. Il explique comment la peur de se confronter à la solitude, à l’altérité et à l’échec nous conduit à une nouvelle servitude volontaire.
255 pages – 20 euros
Editeur : FYP EDITIONS (octobre 2016)

 

51fPc0alIbLLa vie algorithmique
critique de la raison numérique
Eric Sadin

Le mouvement de numérisation à l’oeuvre depuis une trentaine d’années gagne aujourd’hui des pans de plus en plus étendus de la réalité via l’extension des capteurs et des objets connectés. Dorénavant, les flux de data témoignent de la quasi-intégralité des phénomènes, s’érigeant comme l’instance primordiale de l’intelligibilité du réel. Une connaissance sans cesse approfondie s’instaure, orientant en retour les décisions individuelles et collectives au prisme d algorithmes visant les plus hautes optimisation, fluidification et sécurisation des existences et des sociétés. Les technologies informationnelles imposent un mode de rationalité fondé sur la définition chiffrée de toute situation et sur une maîtrise indéfiniment accrue du cours des choses. Une raison numérique établie sur l’appréhension et l’évaluation en temps réel des faits ordonne désormais les pratiques du commerce, de l’enseignement, de la médecine, les rapports aux autres, à soi-même, à la ville, à l’habitat…
Ce livre examine, en s’appuyant sur une foultitude d’exemples, la quantification et la marchandisation intégrales de la vie qui s’instituent, soutenues par l’industrie du traitement des données, aujourd’hui dotée d’un pouvoir qui perturbe nombre d’acquis démocratiques fondamentaux.
Avec une rare lucidité et une écriture d’une précision clinique, Éric Sadin dévoile les impensés, analyse les processus en cours, dresse une cartographie détaillée des forces à l’ oeuvre… Observations et réflexions qui dessinent une nouvelle condition humaine, et en appellent à la politisation des enjeux induits par la puissance toujours plus totalisante détenue par les systèmes computationnels. 
278 pages – 17 euros
Editeur : L’ECHAPPEE (2015)