La bataille de l’espace….

Une des « batailles » de l’après COVID 19 est une bataille pour l’espace vital en ville.
Suite aux décisions de confinement prises en réponse à la pandémie, l’impensable est arrivé !
La fermeture de la majorité des commerces, l’arret presque total des vols commerciaux ou des voyages de croisière sont, par exemple, autant de faits qu’on n’aurait jamais imaginé possible.
Mais le plus visible, pour chaque habitant, fut d’abord la découverte de sa ville quasi vidée de circulation automobile, de son bruit, de sa pollution…..
On a vu fleurir sur le net et dans la presse des photos de grandes métropoles d’habitude grouillantes complètement désertées….
Et on a mieux compris l’absurdité que constitue la place accordée à l’automobile.

Est alors née l’ambition de ne pas laisser l’automobile reprendre sa place.
Partout en France et dans le monde, des associations de cyclistes ou de piétons, des urbanistes, des élus, des groupes de citoyens…. ont cogité dur et vite pour proposer des plans d’aménagements transitoires de l’espace public destinés à offrir de la place et de la sécurité aux piétons et aux cyclistes dans la ville de l’après pandémie…

Le vélo et la marche à pied sont des réponses absolument incontournables aux enjeux individuels et collectifs de civilisation face à la crise écologique et sanitaire.
– la distanciation physique est parfaite  (contrairement aux transports collectifs)
– l’influence de la marche à pied ou du vélo sur la santé et le moral des individus n’est plus à démontrer
– le coût du transport est imbattable, que ce soit au niveau de l’individu que des investissements collectifs
– L’impact sur la pollution atmosphérique, les nuisance sonores est énorme, et entraîne réduction de la mortalité due à la pollution
l’espace public utilisé pour se déplacer est réduit, ce qui permet de développer les espaces publics, les jardins urbains etc…

 

Et on voit fleurir, aux six coins de l’hexagone, des initiatives concrètes…


Mais au delà de tous ces avantages qui auraient dû suffire à privilégier les modes actifs de déplacement dans les politiques publiques depuis longtemps, il existe un côté symbolique fort et un enjeu frontal : oui ou non saurons nous tirer une première leçon, immédiatement et de manière généralisée ?


La bataille de l’espace n’est pas un enjeu secondaire : si nous abandonnons l’espace conquis grâce au confinement, nous risquons de perdre les prochaines batailles (agriculture paysanne, relocalisation des productions, petits commerces vs grande distribution, égalité des droits, droit au logement….)
Mais si nos rues, nos routes, nos boulevards, nos places sont rendues aux citoyens, si nous savons préserver des quartiers entiers de la violence automobile, alors le reste pourra suivre…

Saisissons l’opportunité.
Les « technocrates », pourtant peu habitués a travailler dans l’urgence, on préparé des guides, ont mis en place des aménagements dont le nombre et l’importance grandissent chaque jour.
Soutenons les, débordons les…..

Reprenons des slogans du passé, qui marquèrent nos défaites
La ville est à nous !
Sous les pavés la plage !


POST SCRIPTUM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :