Confinement, jour IV : André Gorz

Lettre à ma fille, future paysanne :

En ce jour du printemps, confiné dans une librairie sans visiteurs, je pense à toi et à tes projets d’installation qui doivent probablement être figés.
Peut-être tu ne pourras même pas lancer ton activité cette année ?

Mais en même temps, comme beaucoup, ça carbure dans mon petit « cerveau écolo ».
Arriverons nous enfin à prendre le pouvoir de changer la vie, de mettre en marche le nouveau monde qu’on appelle de nos combats individuels et collectifs depuis 45 ans (pour moi) ou bien des années (pour toi) ?

Tant de signes montrent que l’effondrement est là, et le nouveau monde à portée de main et de voix.  L’un des signes évident est leur panique : ils font n’importe quoi! Comme des canards à qui ont a coupé la tête et qui s’agitent en tous sens…
Mais ils ont encore les rênes, et c’est dangereux dans cette période. Leur état d’urgence sanitaire, c’est le renforcement de leur dictature.

En ce jour, j’y crois plutôt.
Je viens de signer cette pétition https://covid-entraide.fr/signe-la-petition-pour-lentraide/

et plein d’autres textes, tribunes, videos…. circulent, qui ouvrent des horizons
Comme l’initiative de François Ruffin https://lan01.org/

Tout ça me fait penser que peut-être tu verras l’an demain, toi, même si moi je ne l’ai que rêvé !
Courage à toi
Bisous
Martin


Les livres du jour : André Gorz

« Penser l’avenir », paru en mai 2019
Livre d’entretien avec François Noudelmann
Editions La Découverte
10 euros

Présentation de l’éditeur
Penser l’avenir se constitue d’une série d’entretiens menés par François Noudelmann auprès d’André Gorz quelques années avant sa disparition. Á la faveur de ces échanges, l’auteur du Traître nous offre un regard original sur l’ensemble de son parcours intellectuel.
Penseur singulier, inspiré notamment par Jean-Paul Sartre, André Gorz (1923-2007) pose sans relâche la question fondamentale du sens de la vie et du travail, maintenant le cap sur la liberté et l’émancipation du sujet. Existentialiste, marxiste atypique, anticapitaliste, il est aussi l’un des premiers artisans de l’écologie politique.
Au fil du temps, ses réflexions ont porté sur l’aliénation de l’homme contemporain, la question du travail à l’époque de l’automatisation, la libération de la vie tandis que s’imposaient l’urgence écologique et la nécessaire décroissance, la précarité et le dépassement du salariat. Une pensée audacieuse qui refuse le conformisme et le confort de positions établies pour explorer de nouveaux champs et rendre à l’humain toute sa place.
En 2005, François Noudelmann a mené un long entretien avec le philosophe, pour partie diffusé sur France Culture. Penser l’avenir restitue la totalité de ces échanges qui revisitent le parcours de Gorz, et offrent une introduction accessible à son œuvre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :