Jour III : Ivan Illich

En ce jour 3 du confinement, c’est Ivan Illich que j’ai recherché dans les rayons de ma librairie. Ce n’est évidemment pas par hasard!
Des oeuvres complètes publiées en 2004 et 2005 par les éditions Fayard, il ne me reste en stock que le tome 2. Cela me permet de découvrir que ce tome 2 rassemble des oeuvres moins connues mais on moins importantes d’Ilich. Le 4ème de couverture rédigé par Thierry Paquot devrait vous donner envie de vous plonger dans les 966 pages…

Le petit livre de Thierry Paquot dans la collection « les précurseurs de la décroissance » des éditions Le Passager Clandestin est une alternative plus legère mais non moins interessante. Pour 8 euros, c’est une introduction formidable à la pensée d’Illich.

Oeuvres complètes Tome 2
Ivan Illich
Editions Fayard
966 pages
35,50 euros

4ème de couverture
 Il convient impérativement de lire et de relire cette pensée pensante qui, tel le ricochet d’un caillou plat sur la surface de la mer, rebondit d’une idée iconoclaste à un principe sans âge, d’une intuition géniale à la remise en cause d’une fausse évidence. Cette pensée pensante est exigeante, elle réclame une lecture attentive qui seule permet d’en découvrir les incroyables richesses. […] Cette pensée pensante dérange, ébranle, réveille et émerveille. Aucun lecteur, non, aucun, ne sort indemne d’une telle lecture, à la fois vivifiante et sans sentimentalité.
Ivan Illich n’a jamais prétendu être un «maître à penser» ; la seule leçon qu’il accepterait, non pas de donner, mais d’offrir est son attitude devant la douleur, la sienne et celle du monde, ce qu’il appelle le «renoncement», l’askêsis , cet accord entier avec soi-même sans intervention d’un quelconque «outil» qui nous rendrait étrangers à nous-mêmes. […] Un tel mot invite à une conduite à la fois morale et intellectuelle que l’on ne subordonne pas obligatoirement, à l’instar de Philon d’Alexandrie, à la sotériologie, mais qui provoque la joie, l’étonnement, la surprise. 
Ivan Illich s’est tu, mais ses écrits sont là, à la portée du regard, et nous laissent tels ces «héritiers sans testament» dont parle René Char. Quel somptueux héritage ! »
Thierry PAQUOT

Ce volume comprend : Le Chômage créateur, Le Travail fantôme, Le Genre vernaculaire, H2O, les eaux de l’oubli, Du lisible au visible : la naissance du texte et Dans le miroir du passé.

Ivan Illich, pour une ascèse volontaire et conviviale
Thierry Paquot
Editions : Le passager clandestin

Résumé
Le grand penseur de la  » contre-productivité  » et de la  » convivialité  » fait enfin son entrée dans la collection des  » précurseurs de la décroissance  » ! L’un des penseurs les plus originaux du XXe siècle est ici présenté par un spécialiste et un proche. Illich a montré très clairement dès les années 1970 pour quelles raisons sociales et écologiques notre modèle de  » développement  » ne pourrait jamais être  » durable « .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :