Vu de l’An demain : épisode 2

Vu de L’An Demain :
quelques observations sur le livre,
Narbonne, la planète et l’humanité
Épisode 2

Lorsque j’ai créé à Narbonne, il y a cinq ans, la librairie L’An Demain, librairie spécialisée dans le domaine de l’écologie, je ne connaissais presque rien de Narbonne et de la vie d’une ville moyenne, je savais très peu sur le métier de libraire, et je croyais savoir beaucoup dans le domaine de l’écologie, résultat de 35 années dévolues à ces sujets après des études d’agronomie, une vie de paysan et de militant, des engagements écologistes en France et en Europe.

Aujourd’hui, au moment où la librairie va devoir fermer, je souhaite par ce texte écrit à la première personne rendre au public tout ce que m’a apporté l’expérience, vue de mon poste d’observation.

Car je ne pensais pas, accroché à mon siège de la librairie comme un arapède sur son rocher, me retrouver à un poste d’observation adéquat pour regarder notre monde et en peut être au delà du rôle de témoin, contribuer à la recherche de solutions…

Trois grandes têtes de chapitre pour présenter mon propos feront l’objet d’une publication en « feuilleton », puis d’une publication complète sous forme de petit livre plus documenté… peut-être !

ÉPISODE 1 : La fin des librairies indépendantes et le déclin du livre
ÉPISODE 2 : La mort des centre-villes et les dégâts de l’étalement urbain
ÉPISODE 3 : La destruction de la biosphère mène-t-elle à la fin de l’humanité ?

 

ÉPISODE 2
La mort des centre-villes

Narbonne01Comparons la France vue d’en haut aujourd’hui et il y a 50 ans. Quelle sera la principale différence qui sautera aux yeux si on observe les zones urbaines ?
Sans nul doute, le développement, tel un cancer, des zones périphériques commerciales, industrielles, artisanales et résidentielles avec leurs cortèges de rond points, d’échangeurs, de voies rapides, de hangars… et de panneaux publicitaires !

Toutes les villes sont atteintes, les plus grandes de manière sidérante, souvent de tous côtés et dans des proportions gigantesques, les plus petites à leur façon avec leurs petits ronds points desservant un petit centre commerciale/zone d’activité et d’autres conduisant au lotissement communal équipés de ralentisseurs et d’éclairages publics au design improbable…

Pour paraphraser Jean de la Fontaine, de cette peste, nos villes et nos villages «  n’en mourraient pas tous mais tous étaient frappés »…
Au fait, est on sûr que le péril n’était pas mortel, sont ils encore vivants ou n’en ont ils que l’apparence ? Olivier Razemon titre son livre, paru en 2017 et qu’il présente lors de conférences très suivies partout en France, «Comment la France a tué ses villes ».

Le sujet est devenu à la mode : les élus, depuis les maires jusqu’aux élus de la nation, se sont penchés au chevet des malades et, tels des médecins de Molière, ils rivalisent d’éloquence pour masquer leur impuissance à réanimer le malade, voire inventent des solutions qui l’achèvent !
De mon poste d’observation dans ma librairie à Narbonne, j’ai observé l’étape finale de ce processus que je vais vous conter brièvement ici.
Et peut être à travers ce témoignage contribuer un peu à imaginer des solutions.

Les méfaits de l’étalement urbain

Narbonne02Les effets de l’étalement urbain sont connus depuis très longtemps, mais on semble en découvrir l’ampleur récemment.

– Il est destructeur d’espaces agricoles et naturels : on ne peut plus continuer à ce rythme, sinon il ne restera bientôt plus de terre arable ni de nature sauvage !

– Il impose l’usage de l’automobile au quotidien, ce qui entraîne des coûts pour les utilisateurs et pour les collectivités, une pollution sonore et atmosphérique aux graves conséquences sur la santé et le climat.

– Il détruit les lieux du vivre ensemble (espaces publics, lieux culturels à taille humaine, commerces individuels…) et ne développe que des espaces anonymes et utilitaires (centres commerciaux, hangars commerciaux, multiplexes, chaines de fast food…).

Narbonne a vu tous ces effets plus tardivement que d’autres villes, mais l’accélération y est brutale ; on assiste maintenant à la disparition du désir de fréquenter le centre ville, et une grande partie des la population préfère vivre, acheter, se distraire hors de la ville, ne fréquentant le centre que par obligation, ou à des occasions exceptionnelles.

Une dernière étape est à l’oeuvre : les professions médicales, les banques, certains services publics s’installent en périphérie. L’hôpital privé et même la gare TGV vont s’éloigner de 10 km !
Et on découvre, un matin, cet ubuesque gros titre du journal local qui salue l’ouverture d’un Mac’Do à Montredon et vante en première page la « création » de 40 emplois…

Les zones commerciales tuent le commerce indépendant et détruisent des emplois

Le développement accéléré, quasiment sans freins, de zones commerciales a été dévastateur.
Des études montrent que chaque emploi créé dans ces zones détruit en moyenne près de trois emplois du fait de la fermeture de commerces de proximité ou de leur impossibilité de conserver des salariés.
Les emplois créés sont souvent précaires, à temps partiel subi. Les salariés sont obligés d’utiliser une automobile du fait de l’éloignement et des horaires variables.

Si le centre ville de Narbonne a fait illusion quelques temps, ce fut grâce à l’entêtement de ses commerçants indépendants, à l’attrait touristique de la ville, à la survie de certaines traditions commerciales (les Halles, le marché des Barques…)
La situation s’est « normalisée » en 2017 : plus d’illusions, le taux de vacance commerciale est en forte hausse et les commerces en place voient leurs chiffres d’affaire plonger…

La fréquentation touristique ne remplace pas la vie

Narbonne03Un centre ville historique, agréable et bien mis en scène peut certes apporter une forte fréquentation touristique, ce qui peut permettre le développement de services liés (cafés, restaurants, glaciers…).

Mais cela n’offre que très peu d’aide au commerce de proximité, dont l’existence dépend d’une clientèle vivant et consommant en centre ville, qui elle disparaît.
Narbonne ne connaît pas encore une désertification résidentielle, mais découvre depuis quelques années le phénomène d’exode vers les périphéries des classes sociales les plus aisées.

Dans le domaine de la culture et des loisirs, le centre ville a perdu, comme ailleurs, tous ses cinémas anciens, et le théâtre/cinéma, pourtant scène nationale, est en difficulté faute de trouver un public suffisant. Les lieux de spectacles privés peinent à survivre, et la vie associative, très riche pourtant, ne dispose que de peu de lieux pour se déployer.

Le ré-aménagement des Barques a certes donné un coup de jeune à la ville, et peut être considéré par certains comme une réussite architecturale, mais il n’a pas apporté le souffle de la vie.

L’omniprésence de l’automobile, en action ou illégalement stationnée, dissuade la flânerie, rend dangereuse la circulation a vélo, éloigne les enfants de l’espace public…

Comble de l’ironie, pour attirer des publics qui boudent le centre ville, on organise un salon de l’automobile d’occasion sur les barques en encombrant la seule large zone piétonne offerte aux visiteurs…

Et touche finale : Narbo martius, première fille de Rome, ville dont tout le centre ville a conservé l’organisation spatiale de l’époque romaine, verra des milliers de visiteurs se presser dans le musée de la romanité Narbo Via, implanté près des centres commerciaux, en sortie d’autoroute, dans un bâtiment qu’on viendra voir pour son architecture moderniste. La volonté affichée d’irriguer toute la ville à partir de ce lieu se heurtera aux habitudes consuméristes d’une grande partie des visiteurs.

Peut-on inverser la tendance : revitaliser les centre ville ?

Avec tous ces médecins au chevet du malade, qui suis je pour donner mon avis ?
Un simple citoyen, un observateur curieux. Pourtant il me semble que c’est bien des habitants que viendront des solutions.

Contrairement à beaucoup de villes moyennes qui voient leurs populations stagner ou diminuer, Narbonne gagne près de 1000 habitants tous les ans, et l’agglomération plus encore. Dans ma librairie, j’ai rencontré certains de ces nouveaux habitants, et on s’est reconnus puisque j’en suis ! Et nous avons échangé et réfléchi à nos parcours. Et tiré quelques bilans…

Mais beaucoup d’autres n’ont jamais eu connaissance de l’existence de la librairie L’An Demain, car s’ils ont été séduits par Narbonne, son histoire, son architecture, son climat, sa nature préservée, ses services publics, sa gare et pleins d’autres aspects, depuis leur installation ils fréquentent assidûment Carrefour, Tridome, Gifi ou la Foirfouille, le CGR pour certains et le Théatre pour d’autres, et souvent des petits restaurants à Gruissan ou Narbonne plage… et achètent des livres à Cultura ou sur Amazon !
Et comment pourrait il en être autrement, puisque toute la vie s’est tournée vers ces lieux et ces modes de consommation.

C’est en observant les villes qui ont conservé leurs centres vivants qu’on peut trouver les voies d’avenir pour un renouveau :

– les villes européennes qui ont gardé la vie en centre ville ont toutes régulé drastiquement ou totalement interdit l’implantation d’hypermarchés et de zones commerciales dans leurs périphéries .

– ce sont souvent des villes où l’extension urbaine s’est faite en habitats collectifs autours de quartiers pourvus de services publics et de commerces

– des transports publics et des équipements cyclables permettant de relier les divers quartiers et le centre ville ont été développés

– la mixité sociale y est favorisée

– la vie culturelle y est vivante et soutenue par les collectivités.

Alors oui, si les 1000 personnes qui arrivent à Narbonne chaque année, s’ajoutant à tout ceux déjà arrivés et aux narbonnais qui en rêvent depuis longtemps, trouvent demain les conditions et les équipements qui le permettent, la plupart changeront leur manières de vivre, de se déplacer, de consommer…

Et dans quelques dizaines d’années les urbanistes devront faire assaut d’imagination pour transformer les zones commerciales inutiles en lieux de vie collectifs, en quartiers verts, en équipements culturels…
Et le centre ville de Narbonne retrouvera l’effervescence et le dynamisme qui l’ont caractérisé pendant des siècles…
Des librairies se réinstalleront peut-être alors en centre ville, si on lit encore…

Si l’humanité survit encore à ce moment, dois-je ajouter, car je me suis laissé emporter par un bel optimisme… me voilà revenu à mes questionnements fondamentaux en arrivant au troisième épisode de mon récit qui change d’échelle à nouveau.
Après cinq années à lire et rassembler les livres sur ces sujets, je me pose sérieusement la question : assistons nous à la fin de l’humanité ?

À SUIVRE …

On peut télécharger  en PDF : episode1  episode2

Un siècle d’évolution de Narbonne
Source : https://remonterletemps.ign.fr
Carte de l’état major (1820 – 1860)
Photos aériennes historiques (1950 – 1965)
Photos aériennes actuelles

trio-narbonne

Publicités

Une réflexion sur “Vu de l’An demain : épisode 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s