Le vélo pour changer le monde ?

Le vélo peut-il changer nos sociétés ?
Prenons l’occasion de la sortie de deux livres importants pour reposer la question.

51oCod7t9NL

51PTn+SLF2L

« Le pouvoir de la pédale » de Olivier Razemon qui vient de paraitre en édition de poche (éditions de l’échiquier) à 7,50 euros est sous-titré « comment le vélo transforme nos sociétés cabossées »

Le livre « Bike Nation » de Peter Walker, paru il y a quelques mois au Royaume Uni, est sous titré « How Cycling Can Save The World »  (comment le vélo peut sauver le monde).

Et ce n’est pas par hasard que les auteurs de ces livres sont des journalistes travaillant à Paris et Londres pour les « quotidiens de référence » : Le Monde pour Olivier Razemon, « The Guardian » pour Peter Walker.
Il sont tous deux rédacteurs de blog très suivis:
The guardian Bike Blog 
L’interconnexion n’est plus assurée

Leur métier et leur pratique quotidienne du vélo dans une grande ville leur a permis de synthétiser des éléments connus mais disséminés et les a conduit à une conclusion évidente : le vélo est l’avenir des transports, mais aussi la clé pour refaire nos villes et le monde (et bien plus, vous en lirez de belles démonstrations)
Leur curiosité et leur métier les a incités à tenter dans un livre « grand public » de convaincre et éduquer largement. Tous deux ont la volonté de s’adresser au plus grand nombre et utilisent donc les méthodes et les moyens du journalisme d’investigation, le style simple du quotidien, l’humour, l’émotion, l’appel à la propre expérience du lecteur…
Tous deux espèrent, par leurs écrits, aider à « changer la vie »…

Ce sont deux livres de lecture facile  (enfin pour le cas du livre de Peter Walker, il faut être anglophone car il n’est pas -ou pas encore- traduit en français!!!), des livres qu’on a envie de partager, des livres qui redonnent confiance dans l’avenir….

Voilà donc le rôle nous est imparti, simples cyclistes du quotidien et militants d’un monde plus doux : achetons ces livres, offrons les, commentons les sur nos blogs et nos pages Facebook….
Et merci à Peter Walker et Olivier Razemon de les avoir écrits….

 

retour_bicyclette

 

Je dois rendre hommage aussi à Frédéric Héran et son livre « Le retour de la Bicyclette » paru aux éditions La Découverte. Ce livre d’un chercheur est lumineux et passionnant.
C’est la « bible » indispensable à toute personne intéressée par la question des transports dans nos sociétés.

J’en ai déjà longuement parlé sur ce blog , et vendu un grand nombre à la librairie : mais si vous ne l’avez pas encore lu, vous savez ce qui vous reste à faire !!!!

 

Publicités

« Algorithme mon amour … »

La bombe atomique d’Hiroshima a marqué un tournant dans le XXème siècle, qu’Alain Resnais a élégamment mis en scène dans son film « Hiroshima mon amour… »
Et depuis chacun sait que les dangers du nucléaire sont une épée de Damoclès permanente sur l’avenir de l’humanité.

La fascination actuelle pour le numérique  risque de nous cacher les dangers pour l’avenir de l’humanité que ces technologies recèlent. La bombe numérique n’a pas explosé, mais les dégâts humains sont déjà là. Et l’asservissement se fait de manière subtile et indolore…

La lecture de ces deux livres est essentielle.
Je les conseille absolument, car seule la compréhension des enjeux par les citoyens permettra (peut-être) d’arrêter cette nouvelle machine à broyer l’homme.

51c5RM2dXxLLa nouvelle servitude volontaire

Philippe Vion-Dury

Avec comme crédo la volonté de changer le monde, c’est au coeur de la Silicon Valley que se façonne la société numérique. Portées par une spectaculaire réussite économique, les entreprises de haute technologie veulent dessiner un monde meilleur en prenant en main la majorité des aspects de notre quotidien, en généralisant la prédiction algorithmique. L’homme devient intégralement transparent, immatériel. La liberté de choisir, la créativité et l’émancipation sont désormais remplacées par l’anticipation, la prédiction et la régulation. C’est bien plus qu’une révolution numérique ; c’est un véritable projet politique qui est à l’oeuvre. Avec rigueur et précision, Philippe Vion-Dury révèle que les technologies sont porteuses d’une idéologie et d’un projet de civilisation. Il démontre que les modèles prédictifs, les algorithmes et les objets connectés instaurent une société du contrôle dans laquelle l’individu, comme le collectif, abandonne la maîtrise de son destin. Il explique comment la peur de se confronter à la solitude, à l’altérité et à l’échec nous conduit à une nouvelle servitude volontaire.
255 pages – 20 euros
Editeur : FYP EDITIONS (octobre 2016)

 

51fPc0alIbLLa vie algorithmique
critique de la raison numérique
Eric Sadin

Le mouvement de numérisation à l’oeuvre depuis une trentaine d’années gagne aujourd’hui des pans de plus en plus étendus de la réalité via l’extension des capteurs et des objets connectés. Dorénavant, les flux de data témoignent de la quasi-intégralité des phénomènes, s’érigeant comme l’instance primordiale de l’intelligibilité du réel. Une connaissance sans cesse approfondie s’instaure, orientant en retour les décisions individuelles et collectives au prisme d algorithmes visant les plus hautes optimisation, fluidification et sécurisation des existences et des sociétés. Les technologies informationnelles imposent un mode de rationalité fondé sur la définition chiffrée de toute situation et sur une maîtrise indéfiniment accrue du cours des choses. Une raison numérique établie sur l’appréhension et l’évaluation en temps réel des faits ordonne désormais les pratiques du commerce, de l’enseignement, de la médecine, les rapports aux autres, à soi-même, à la ville, à l’habitat…
Ce livre examine, en s’appuyant sur une foultitude d’exemples, la quantification et la marchandisation intégrales de la vie qui s’instituent, soutenues par l’industrie du traitement des données, aujourd’hui dotée d’un pouvoir qui perturbe nombre d’acquis démocratiques fondamentaux.
Avec une rare lucidité et une écriture d’une précision clinique, Éric Sadin dévoile les impensés, analyse les processus en cours, dresse une cartographie détaillée des forces à l’ oeuvre… Observations et réflexions qui dessinent une nouvelle condition humaine, et en appellent à la politisation des enjeux induits par la puissance toujours plus totalisante détenue par les systèmes computationnels. 
278 pages – 17 euros
Editeur : L’ECHAPPEE (2015)

Pour ne pas oublier….

Pour ne pas oublier….

Notre monde va si vite, que le présent disparait poussé par la recherche permanente de l’illusion du bonheur apportée par la consommation de nouveautés…
Tout notre système consumériste libéral est basé sur cette insatisfaction pernicieuse qu’entretient le désir de neuf et d’émotions nouvelles.

Y’a t il encore une place pour la préservation de la mémoire et du patrimoine ?

alaricJe n’ai pas encore présenté sur ce blog la collection des ouvrages écrits et édités par l’association « Vilatges al pais« .
Depuis des dizaines d’années cette association, aidée par le Conseil Général, travaille à préserver, enregistrer et diffuser la mémoire des villages de l’Aude.
Les livres qui synthétisent ce travail, qui a comporté en amont de nombreuses réunions et entretiens, sont des objets éditoriaux inclassables.
Le dernier opus est consacré à l’Alaric et s’intéresse aux communes de Barbaira, Camplond’Aude, Capendu, Comigne, Douzens, Fabrezan, Floure, Fontcouverte, Fontiès d’Aude, Largesse, Montlaur, Monze, Moux, Pradelles-en-Val et Ribaute.
Venez les feuilleter à la librairie, vous découvrirez tout un monde …

canton-coursan

 

Il reste quelques exemplaires à la librairie du volume consacré au Canton de Coursan qui date de 2005 et qui est quasi épuisé…

Mais sera-il réimprimé? Et le travail de l’association Villages al Pais pourra-t-il continuer?
Car comme signe supplémentaire de l’oubli, le Conseil Général et autres financeurs ont réduit leur aide et l’avenir n’est pas sûr pour ces retours vers le passé.

 

 

 

Ducros01

 

Jacques-Michel DUCROS est un autre cas à part !
Retraité, il s’est mis à écrire, rechercher, rassembler, photographier sa région d’adoption et a écrit des ouvrages sur le patrimoine des Corbières, de Narbonne, de Perpignan…
Il pensait au début s’adresser aux touristes: ses livres, dont il a lui-même réalisé les cartes, les photos et les textes si rigoureux qu’ils en deviennent poétiques, s’adressent en fait à nous tous, à notre besoin de nous retrouver les pieds sur sur terre…
Auto-édités, imprimés à Narbonne, distribués par l’auteur, ces livres méritent l’attention de chacun…

 

pnr-patrimoine

Les éditions du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise font depuis des années un travail remarquable avec leurs Cahiers du Parc.
Collection pluridisciplinaire, ouvrages souvent collectifs, travail éditorial qui s’affirme d’année en année, mais diffusion bien trop confidentielle (compliquée par le caractère public du PNR).
Apportons tous notre soutien à ce travail irremplaçable…

 

La fin du patrimoine ?

Si vous avez des doutes sur les risques de disparaisse cette relation indispensable avec le passé et le territoire, allez jeter un oeil sur le site internet « touristique » chargé de vanter auprès des touristes la région le territoire du Grand Narbonne
Visit-lanarbonnaise.com

Un prochain post de blog reviendra bientôt sur cette question : voulons-nous vraiment comprendre et conserver les expériences du passé, connaitre et diffuser l’histoire pour agir au présent de manière à préserver l’avenir de la planète et de notre humanité ?

En attendant, soutenons, pendant qu’il est encore temps, les passeurs du patrimoine et leurs publications « à l’ancienne » sans site internet ni quadrichromie cliquante !!!
Tous ces livres sont en vente à la librairie L’AN DEMAIN en plein coeur historique et patrimonial de Narbonne…..

 

 

 

 

La résistance au progrès, hier, aujourd’hui et… demain

Certains d’entre nous ont un peu plus de temps en été pour lire et penser.
Et nous en aurions tous bien besoin face à l’impasse de la civilisation humaine.

Voici quatre livres, choisis dans les rayonnages de la Librairie L’An Demain (parmi bien d’autres sur le sujet)
Regarder dans le rétroviseur, analyser les luttes et les échecs, chercher à comprendre dans le siècle passé les causes et des solutions peut-être…
Des livres que je vous conseille : lire, partager et en parler…….

TECHNO-CRITIQUES 
Histoire de la résistance au « progrès » technique
François Jarrige
Editions La découverte 28 euros

Techno-critiquesLes techniques promettent abondance et bonheur ; elles définissent la condition humaine d’aujourd’hui. Pourquoi les contester, et à quoi bon ? Les discours technocritiques ne masquent-ils pas des peurs irrationnelles, un conservatisme suranné, voire un propos réactionnaire ? Pourtant, depuis que les sociétés humaines sont entrées dans la spirale de l’industrialisation, des individus et des groupes très divers ont dénoncé les techniques de leur temps et agi pour en enrayer les effets. L’introduction de machines censées alléger le travail, les macrosystèmes techniques censés émanciper des contraintes de la nature, la multitude des produits technoscientifiques censés apporter confort et bien-être ont souvent été contestés et passés au crible de la critique.
Contre l’immense condescendance de la postérité, Technocritiques est un ouvrage qui prend au sérieux ces discours et ces luttes. Depuis deux siècles, les technocritiques sont foisonnantes et multiformes, elles émanent des philosophes et des romanciers comme des artisans et des ouvriers ; elles se retrouvent en Europe comme dans le reste du monde et nourrissent sans cesse des pratiques alternatives. Toute une tradition de combat et de pensée originale et méconnue s’est ainsi constituée : ce livre d’histoire au présent tente de leur redonner vie tout en pointant les impasses des choix politiques mortifères portés par la foi en une  » croissance  » aveugle. Et, en filigrane, il montre comment s’est imposé le grand récit chargé de donner sens à la multitude des objets et artefacts qui saturent nos existences.

 

LA REVOLTE LUDDITE  Briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation
Kirkpatrick Sale
Editions L’Echappée  19 euros

luddites21811. Alors que la révolution industrielle s’apprête à rendre l’Angleterre méconnaissable, bris de machines, incendies et émeutes se multiplient dans les manufactures. Des redresseurs de torts viennent de déclarer la guerre aux «machines préjudiciables à la communauté». Puisque les artisans doivent faire le deuil de leur savoir-faire et migrer vers les villes, les Luddites se dressent contre la dépossession machinique. À l’heure de la biométrie, du tout-numérique et des technologies du vivant, le récit de Kirkpatrick Sale, journaliste et écrivain américain, est un cinglant plaidoyer contre le capitalisme industriel.
«Une éruption violente des sensibilités contre le capitalisme industriel débridé».

E. P. Thompson, historien anglais.

 

luddites1

LES LUDDITES EN FRANCE
Résistances à l’industrialisation et à l’informatisation
Collectif
Editions l’Echappée  22 euros

Alors que la révolution industrielle s’apprête à bouleverser tous les rapports sociaux, bris de machines, incendies et émeutes se multiplient dans les manufactures. Des artisans refusent de faire le deuil de leurs savoir-faire et de migrer vers les villes. Ils déclarent la guerre aux  » machines préjudiciables à la communauté  » qu’ils détruisent à coups de masse. Si les luddites anglais sont passés à la postérité, leurs homologues français briseurs de machines –  » primitifs  » selon les uns,  » réactionnaires  » selon les autres – ont été jetés aux oubliettes de l’histoire. Ce livre entend les réhabiliter et leur redonner une juste place dans une histoire du socialisme jalonnée de grandes batailles durant lesquelles ils se sont illustrés : de la Révolution française aux récentes résistances à la tyrannie technologique, en passant par les journées de juillet 1830, la révolution de 1848 ou encore les années 1980. Cette histoire méconnue du luddisme à la française nous révèle des mouvements souvent peu organisés et parfois spontanés, mais farouches défenseurs de l’égalité sociale et de la liberté quotidienne. Contrairement aux idées reçues, on arrête parfois le progrès…

 

L’AGE DES LOW TECH
Philippe Bihouix
Editions du Seuil  19,50 euros

low techFace aux signaux alarmants de la crise globale – croissance en berne, tensions sur l’énergie et les matières premières, effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique et pollution généralisée – on cherche à nous rassurer. Les technologies  » vertes  » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance grâce à une quatrième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.

Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. Ce livre démonte un à un les mirages des innovations high tech, et propose de prendre le contre-pied de la course en avant technologique en se tournant vers les low tech, les  » basses technologies « . Il ne s’agit pas de revenir à la bougie, mais de conserver un niveau de confort et de civilisation agréables tout en évitant les chocs des pénuries à venir. S’il met à bas nos dernières illusions, c’est pour mieux explorer les voies possibles vers un système économique et industriel soutenable dans une planète finie.