Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère

L’ouverture de la COP21 en pleine période de drame national met nos esprits et nos coeurs à rude épreuve. Où se situe l’urgence ?

Nulle certitude pour chacun de nous, point de réponse toute simple et unique, mais pour moi une certitude : il ne faut pas arrêter de penser, au contraire il faut réfléchir plus…
Réfléchir et partager et débattre.
Réagir et imaginer l’avenir…

Les mots, les concepts pour ce nouveau monde qui naît au milieu du chaos climatique, économique et militaire, nous devons nous les approprier, les faire vivre, les essayer, depuis le café du commerce jusqu’aux hautes sphère universitaires, dans les journaux, les tribunes, les blogs…
Je nous conseille un livre, sous titré « vocabulaire pour une nouvelle ère », livre européen et divers, livre cadeau et livre outil , dont la traduction française augmentée d’articles originaux vient de sortir et d’arriver à la librairie….
Nous en reparlerons, quand nous nous en serons enrichis….

 decroissancePrésentation de l’éditeur:

Découvrez en détail tous les concepts liés à la décroissance.

Lorsque la langue usuelle ne permet plus d’exprimer ce qui demande à être articulé d’urgence, c’est qu’il est temps d’apprendre un nouveau vocabulaire.

Ce livre étudie les principaux mots-clés de la décroissance et  fournit une véritable boîte à outils pour penser une transformation radicale de nos sociétés qui mette enfin l’accent sur l’idée de « vie bonne ».

Paru initialement en Grande-Bretagne et en Espagne, ce livre est traduit par nos soins pour la première fois en français. Chaque édition dans un nouveau pays s’enrichit de nouvelles contributions, et l’édition française contient des textes inédits de Paul Ariès, Anna Bednik, Serge Latouche, Xavier Renou, Agnès Sinaï…

Le mot de « décroissance » émerge aujourd’hui comme un nouveau signifiant des discours économique et politique. Témoin, les prises de position de plus en plus nombreuses visant à le discréditer. Pour échapper à l’ignorance ou à la mauvaise foi qui tantôt l’assimilent à la stagnation actuelle des économies occidentales, tantôt le dénoncent comme un projet de « retour à la bougie » de quelques « écolo-réactionnaires », il était donc plus que temps de proposer au public un état des lieux détaillé de ce qu’il recouvre réellement.

Depuis sa première apparition, dans les années 1970, la notion s’est considérablement enrichie, au point de devenir un enjeu de réflexion pour tous ceux qui en appellent à une transformation sociale radicale. Cet ouvrage, composé d’une soixantaine d’articles de fond, en constitue la première synthèse thématique se proposant d’en définir les contours et d’en cerner les multiples sources intellectuelles. Il s’agit ici de souligner les grands axes des problématiques embrassées par la décroissance, de présenter les formes d’action qui s’y rattachent ou s’en revendiquent et, en laissant ouvert le débat interne sur un certain nombre de questions clés, d’exposer et de nourrir une discussion collective et internationale déjà bien engagée.

La diversité des entrées de ce dictionnaire encyclopédique montre que ce concept touche, certes, aux enjeux écologiques et environnementaux, mais qu’il est loin de s’y limiter. On y découvrira que la décroissance se donne pour tâche d’étudier en profondeur le poids des logiques économiques et industrielles sur les conditions d’existence sur la planète, et de réfléchir à d’autres formes d’organisation de la production et des échanges ; qu’elle instruit une critique en règle de nos choix de société et de leur rapport à ce qu’elle nomme la « vie bonne », tout en jetant les bases de contre-modèles possibles ; enfin, qu’elle s’intéresse à toutes les expériences collectives actuelles qui témoignent, un peu partout dans le monde, de l’existence de résistances créatrices et vivaces au dogme de la croissance.

Avec entre autres des contributions de Mauro Bonaiuti, Arturo Escobar, Marco Deriu, Tim Jackson…
L’ouvrage est déjà paru en Grande-Bretagne chez Routledge et en Espagne chez Icaria. Il paraîtra dans les mois prochains en Italie, au Brésil, en Allemagne, en Croatie…
Une source d’inspiration indispensable, pour élargir le débat à la veille de la COP21 qui aura lieu en décembre à Paris.

 Quelques exemples de chapitres

Anti-utilitarisme – bioéconomie – critique du développement – justice environnementale – écologie politique – autonomie – marchandisation – biens communs – convivialité – numérique – dématérialisation – entropie – bonheur – PIB – dépolitisation –  effet rebond – pic pétrolier – simplicité – néoruraux – revenu de base et revenu maximum – monnaies  communautaires – coopératives – audit de la dette – désobéissance – éco-communautés – Indignés – partage du travail –  argent public – syndicats – care – jardinage urbain – buen vivir…

Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère
de Giacomo D’Alisa, Federico Demaria et Giorgos Kallis
Editions : Le Passager Clandestin
Prix : 25 €
Format : 165x233mm
Pages : 528 pages

 Ce qu’ils en pensent…

« Les investissements et la consommation augmentent mais le nombre de chômeurs se maintient ; les inégalités économiques et sociales augmentent, et chaque jour, de nouvelles espèces sont menacées d’extinction… Pourquoi la croissance, qui devrait être synonyme de progrès et de bien-être, a-t-elle des conséquences aussi indésirables ? La réponse se trouve dans ce livre. » Para todos la 2, rtve, 12 décembre 2014

« À un moment de l’histoire où les leaders politiques, économiques et intellectuels pensent que rien de fondamental ne peut désormais être mis en question, rien n’est plus important que le mouvement d’idées et d’actions que représente ce livre sur la décroissance. » David Graeber, London School of Economics

« Quel splendide vocabulaire ! Une sélection d’auteurs internationaux explore avec brio le champ émergent d’une économie qui fait ses adieux à l’obsession de la croissance. » Wolfgang Sachs, Directeur de l’Institut Wuppertal pour le climat, l’environnement et l’énergie à Berlin

« Cet ouvrage est indispensable à quiconque souhaite dépasser les simples mesures de réaménagement pour résoudre les problèmes écologiques et économiques les plus importants de notre temps. » Deepak Malghan, Professeur d’économie écologique à l’Institut indien du management à Bangalore 

  • Télérama
    TT – Alors que la « quête de croissance » constitue encore l’horizon indépassable de la sphère politico-médiatique malgré la dégradation continue des milieux naturels et l’épuisement des ressources, ce livre invite à suivre d’autres pistes. Et à butiner de ci de là, en toute liberté. Car cette sorte de dictionnaire, coordonné par Giacomo d’Alisa, Federico Demaria et Giorgos Kallis, jeunes chercheurs en économie écologiste, n’impose pas son idée de la décroissance. Il offre plutôt à chacun la matière nécessaire pour s’en faire sa propre conception. Enrichi des contributions d’une cinquantaine d’auteurs de premier plan (Paul Ariès, Serge Latouche, Juliet B. Schor…), il plonge dans les racines intellectuelles de la décroissance et éclaircit des dizaines de concepts qui lui sont attachés : émergie, désobéissance, emploi garanti, monnaie publique, néo-utopistes, low tech, etc… (…) Pour « décoloniser » son imaginaire et l’ouvrir à d’autres vents.

     

  • S!lence décembre 2015
    C’est de l’urgence d’exprimer les idées de la décroissance et de penser la transformation radicale de nos sociétés qu’est né cet abécédaire encyclopédique. D’abord paru en Grande-Bretagne et en Espagne, il est ici traduit et augmenté de nouvelles contributions. Une soixantaine d’articles viennent embrasser les grandes thématiques de réflexions touchées par la pensée décroissante. Capitalisme, dématérialisation, effet rebond, entropie, Etat, etc., sont interrogés et décryptés, tandis que sont ouvertes et questionnées des voies désirables : biens communs, bonheur, convivialité, coopératives, monnaies communautaires, revenu de base, buen vivir… Un ouvrage riche, faisant la part belle à la diversité des sensibilités au sein d’un dessein commun, et amené à devenir une référence sur le sujet.

     

  • Jean Rouzaud, Radio Nova décembre 2015
    Grâce à un livre collectif et international, la question qui fâche, à savoir la « décroissance » — ce concept qui affole les économistes suivistes — , est enfin ordonnée et analysée par des spécialistes du monde entier. Tous les penseurs et acteurs de l’écologie sont convoqués, car la partie à jouer est fine et demande des talents variés. Pour changer, trouver des idées, il faut écouter les autres, voir leurs tentatives, mesurer les avancées, être modeste et avoir le plus d’informations possible, afin de décrasser nos cerveaux englués et retrouver notre libre arbitre. Lire Décroissance est un vrai pas dans cette direction. Courage !

Publicités