Avec Ceux d’Argeliers : « C’est dans le peuple assemblé que réside la force »

Le 11 Mars 1907, Marcelin Albert et 86 personnes partent d’Argeliers pour rencontrer la commission d’enquête qui étudie la situation viticole à Narbonne. De retour à Argeliers, déçus, ces « 87 » créent le Comité d’initiative de défense viticole.

Narbonne_mai_1907Le 24 Mars ils réunissent 300 personne à Sallèles d’Aude.
Le 31 Mars le meeting à Bize Minervois rassemble 600 personnes
Le 14 Avril, 8000 manifestants se rassemblent à Coursan
Le 21 avril, ils sont 15000 personnes à Capestang
Le 5 Mai 80 à 100000 personnes sont rassemblées à Narbonne
Le 12 Mai on compte 160000 personnes rassemblées à Béziers
Le 19 Mai 180000 à Perpignan
Le 26 Mai 220 à 250000 à Cascassonne
Le 2 juin 250 à 300000 personnes à Nimes
Le 9 Juin 600 à 800000 manifestants à Montpellier
Le 19 Juin, les membres du Comité d’Argeliers sont arrêtés, et le 30 Juin la troupe tire sur les manifestants à Narbonne faisant 5 morts et de nombreux blessés.

L’histoire fut racontée par de nombreux historiens depuis, et elle est dans les mémoires. Mais relire, grâce à cette réédition, le témoignage de Jean Fournel est un moment d’émotion pure.

« C’est dans le peuple assemblé que réside la force », sous titre emblématique du livre, cette phrase résonne en nous tous.
Car loin d’être un échec, la révolte de 1907 a débouché sur des lois importantes réglementant la vigne et le vin qui restent fondamentales aujourd’hui, même si les négociations du Grand Marché transatlantique menacent les avancées obtenues à l’époque.

Mais cette révolte de 1907 racontée par un témoin contemporain fait résonner en nous tous d’autres réflexions. Un siècle plus tard, le peuple cherche à s’assembler face à une crise économique et écologique sans précédent qui crée chômage et misère. En Espagne, en Grèce, e peuple s’est assemblé par millions de manière imprévue par les puissants, et les graines que ces grandes manifestations ont semées germent dans les consciences.

argeliers4ème de couverture
Grâce à ses relations intimes avec Ceux d’Argeliers, Jean Fournel, journaliste de métier au quotidien régional l’Éclair (ancêtre de Midi Libre) nous livre un témoignage rare. Dans un style fluide, précis et agréable – mais avec un  parler « vrai » – il décrit avec précision les caractères de chacun, les habitudes, l’ambiance des villages du Midi au début du XXe siècle et surtout l’organisation du Comité d’Argeliers dont le siège se trouve au Café de Marcelin Albert.
On comprend mieux comment un village a pu organiser une révolte, prête à faire basculer le pouvoir central.
L’auteur, qui a assisté aux événements, connait bien Marcelin Albert et les « 87 ». Au fil des jours, il a tout noté sur ses carnets : les détails, les anecdotes et les phrases prononcées qui apportent proximité et vie à sa narration…
Ce texte exceptionnel de Jean Fournel, publié de façon confidentielle en 1908 et ensuite tombé dans l’oubli, nous plonge dans le quotidien de ceux qui ont impulsé la révolte du peuple vigneron pour un vin naturel de qualité.

Avec Ceux d’Argeliers de Jean Fournel, Editions Chstian Salès  192 pages 19.90 euros

L’ère du peuple

Un autre livre vient de sortir. Il offre aussi une réflexion importante sur le retour du peuple sur le devant de la scène.
« L’ère du peuple » de Jean-Luc Mélenchon, publié par les éditions Fayard, doit être lu sans arrière pensée. En ce début de siècle, la crise écologique ne nous laisse pas de choix, le peuple doit à nouveau s’assembler et imposer l’intérêt général humain comme priorité absolue face à l’oligarchie qui dirige le monde et nous conduit dans une impasse.
Le livre de Jean-Luc Mélenchon est une démonstration brillante qui s’adresse à tous, qui parle à l’intelligence et à la générosité de chaque lecteur.

melenchon

4ème de couverture:
Que François Hollande soit menteur, fourbe, servile, et que son projet soit glauque, est-ce une raison pour nous condamner à ne penser qu’à lui et au risque de la disparition de l’idée de gauche qu’ il a usurpée ?
Je propose de voir plus loin que l’horizon désespérant du présent. Regardons le monde fascinant qui s’est constitué sous nos yeux en quelques décennies.
Un monde plein d’êtres humains, couvert de villes, où l’ occupation de la mer elle-même a débuté. Mais un monde engagé dans un changement climatique irréversible et un bouleversement de la hiérarchie des puissances qui menacent l’existence même de la civilisation humaine.
Un monde où surgit un acteur nouveau : le peuple.
Les puissants se moquent de lui, le méprisent, lui bourrent le crâne et insultent tous ceux qui lui donnent la priorité.
Mais si les puissants n’ont plus peur de la gauche édentée par Hollande, ils ont plus peur que jamais du peuple. Sa révolution citoyenne peut tout changer, en commençant par faire entrer la France dans la 6ème République.

L’ère du peuple, de Jean-Luc Mélenchon,  éditions Fayard  140 pages 10 euros

Publicités